Question à un expert : comment réduire le CPC sur Google Ads ?

Comment réduire le coût par clic associé à vos mots-clés au sein de vos campagnes Google Ads ? Voici la question que tout annonceur se pose, quel que soit le budget publicitaire dont il dispose.

S’il n’existe évidemment pas de recette magique pour faire fondre vos CPC, nos consultants SEA et leurs multiples expériences en matière de Google Ads disposent tout de même de quelques éléments de réponse pour vous faciliter l’optimisation des coûts de campagnes. Explications.

Comment réduire le CPC Moyen ?

Avant tout, rappel des bases. Le CPC -  Coût Par Clic – est l’une des métriques élémentaires pour arbitrer vos campagnes Google Ads et maîtriser vos coûts d’acquisition marketing. Tout annonceur a donc pour objectif de limiter son CPC, puisque plus le CPC est bas, plus vous pouvez obtenir de clics à budget égal.

Lorsqu’une marque diffuse sa publicité via Google Ads, le CPC moyen résulte directement des enchères faites sur le mot-clé concerné. Autrement dit, c’est le marché, par le biais de vos concurrents, qui influe le prix du clic.

Le moyen le plus « naturel » de réduire son CPC est donc de jouer avec les enchères manuelles, en régulant mot clé par mot clé. Cela dit, une grande majorité des campagnes, notamment E-Commerce, repose désormais sur les enchères automatisées et leurs 60 signaux qui modulent le CPC. Rester aux enchères manuelles, c’est se priver de cette analyse.

Mieux vaut donc s’appuyer sur les variantes de mots-clés, qui peuvent avoir des valeurs variables. Par exemple, mettez en concurrence « basket femme » et « sneakers femme ». La tactique visant à enchérir sur des expressions incluant des fautes d’orthographe est, elle aussi, bien connue.

Autre astuce, vous pouvez également enchérir sur des concepts similaires dans des groupes d’annonces ou des campagnes différentes. Néanmoins, assurez-vous de ne pas contribuer à la même enchère, ce qui porterait préjudice à votre CPC. Par exemple, en ciblant l’expression « galette des rois près de chez moi » dans une campagne à Paris et une à Bordeaux, vous ne mettez pas en péril votre CPC. À l’inverse, si vous enchérissez avec la même expression, mais en ciblant un emplacement exact ; dans ce cas, vous créez un doublon. Et donc, le CPC moyen augmente en raison des mots clés en doublon.

CPC, pourquoi sont-ils si élevés sur certains marchés ?

Comme évoqué plus haut, il s’agit avant tout d’une affaire de concurrence. Certains marchés verticaux affichent également un CPC plus élevé en raison des services offerts. Enfin, d’autres variables entrent en jeu, comme la zone géographique ou le coût de la vie.

Attention, obtenir le CPC le plus bas n’est pas toujours l’option la plus judicieuse. Mieux vaut se concentrer sur un CPC réaliste, atteignable, en phase avec les moyennes du marché.

Un CPC trop bas risque de générer trop peu d’engagement sur la campagne. Peu d’impressions, peu de clics, peu de ventes ! Et donc, un ROI de campagne menacé…

A l’inverse, ne pas surveiller de près son CPC et le laisser s’emballer, c’est prendre le risque que vos campagnes deviennent trop complaisantes… En somme, vous devez garder la main sur ce KPI !

Comment maîtriser son CPC avec les enchères automatisées ?

En automatisant vos campagnes Google Ads, vous acceptez naturellement de perdre une part du contrôle de vos campagnes. Néanmoins, il reste important de suivre de bonnes pratiques, à commencer par laisser à l’algorithme le temps nécessaire à son apprentissage. Laissez-lui le temps de dénicher ses mots-clés stars et de s’ajuster en conséquence !

Une bonne connaissance client vous permet également de jauger quand il est pertinent d’investir dans des mots-clés au CPC élevé. En effet, à certaines étapes du tunnel de conversion, certains clients affichent des taux de transformation suffisamment hauts pour rentabiliser l’investissement, sans compter le gain en notoriété pour la marque.

A l’inverse, des clics au CPC très bas sont potentiellement des clics sans intérêt, car mal ciblés, trop éloignés du moment de conversion, … Alors oui, ils génèrent du trafic, mais le ROI est, là aussi, moyen, voire mauvais. Mieux vaut parfois s’en passer que d’investir en low cost !

Enfin, la variable la plus nette pour faire monter ou descendre un CPC reste la concurrence. Assurez-vous, en premier lieu, de ne pas vous faire concurrence à vous-même. Réalisez un audit de vos campagnes Google Ads et faites le ménage qui s’impose afin d’atteindre un premier palier d’optimisation de vos campagnes SEA.

A découvrir : [Success Story] Comment optimiser ses campagnes d'acquisition SEA : le cas Comparimmoneuf

Share this article: Link copied to clipboard!

You might also like...